Le Cavalier d’Épées

Le Cavalier d’Épées est agressif, avec son arme bien visible et sa cavalcade fougueuse. Cela en fait une carte mal aimée, mais son énergie peut quand même s’avérer particulièrement utile ! Focus sur cette attitude particulière parmi les figures de cour du Tarot, dont le système facile à comprendre donne de la personnalité à nos tirages.

Avec nos quatre titres (Valet, Cavalier, Reine, Roi), nous avons clairement affaire à une hiérarchie. Ce sont le Roi et la Reine qui commandent ; par conséquent Valet et Cavalier leur laisseront les décisions stratégiques nécessaires à la gouvernance du royaume. Le petit Valet ne sachant encore rien faire, il se cantonne à la découverte de son élément ; par contre, le Cavalier n’a plus à découvrir, il sait donc faire ce que le Valet apprend. C’est pour cette raison que traditionnellement, on considère que le Valet est au service du Cavalier pour que celui-ci lui apprenne le métier des armes, qu’il maîtrise.

Fenestra Tarot

Fenestra Tarot

Il maîtrise son métier, mais les décisions sont prises par le Roi et la Reine – c’est logique, car ce sont eux qui décident où le Cavalier doit partir en guerre, pas l’inverse. Par conséquent, tout Cavalier dans le Tarot maîtrise son élément, mais sans se poser la question du but.

Le Cavalier d’Épées maîtrise donc logiquement l’élément intellectuel (fait de raisonnements, de communication et de paroles), mais sans se demander s’il défend la bonne valeur, ou pourquoi il la défend. Voilà une carte pleine d’énergie, parfois agressive : défendre quelque chose dans le domaine intellectuel sans se poser la question du but, c’est être focalisé sur le fait de convaincre, le reste passant après. Notre Cavalier doit partir à l’assaut à bride abattue, car défendre notre point de vue tout en ne cessant de remettre en question sa validité risque fort de ne pas nous rendre convaincants du tout !

 

monoprix blagueCe Cavalier peut représenter l’attitude de quelqu’un qui use de la rhétorique pour convaincre l’autre à tout prix sans se demander si c’est bien : représentant de commerce qui doit absolument placer son produit, enseignant qui défend le programme imposé par l’inspecteur, publicitaire qui met à profit sa maîtrise du langage et des codes culturels pour vendre n’importe quel type de produit. S’il tombe en position de conseil, cela ne veut pas dire que vous devriez agresser les autres ou leur raconter n’importe quoi : il ne faut pas oublier que le Cavalier est quand même en position de maîtrise, donc il y a toujours quelque chose à en tirer. Défendre son point de vue sans se remettre en question, c’est tout de même utile, surtout lorsqu’on a une fâcheuse tendance à douter de tout et à penser que si l’autre ne pense pas comme nous, c’est sans doute qu’on a tort. Soyez plutôt éloquent : il s’agit de se montrer convaincant en utilisant les faits, la logique et tous les effets de la rhétorique pour faire passer le message – en entretien d’embauche par exemple, il vaut mieux ne pas passer son temps à se demander pourquoi on est là et si on a vraiment bien fait de se présenter, mais faire servir toute son intelligence à se présenter sous le jour le plus efficace ! Le Cavalier d’Épées n’est pas trompeur par nature, cela c’est le travail du 7 d’Épées et un système cohérent ne supporte pas de répétition. Il est convaincu de ce qu’il raconte, et juste occupé à tout autre chose qu’une carte d’introspection comme le 8 de Coupes ou la Papesse.

tarot rider waite cavalier d'épées significationS’il tombe en position d’avertissement, ce sera pour vous mettre en garde contre le fait de partir à l’assaut à bride abattue sans être sûr que vous défendez bien la bonne école, ou qu’une victoire serait vraiment bonne pour vous. Attention à ne pas participer à la discussion uniquement pour avoir raison et vous faire respecter, ne perdez pas de vue le fait qu’il faut quand même arriver à un accord à la fin, et qu’une victoire écrasante vous aliènerait un partenaire qui pourrait s’avérer précieux par la suite. N’adoptez pas une position d’attaque par défaut, ou l’habitude de la frappe préemptive sous prétexte d’avoir été blessé ou trahi par le passé, souvent par quelqu’un d’autre (comme dans la situation où le partenaire actuel paye la cruauté du précédent, parce que son amie attaque à chaque fois que quelque chose pourrait lui rappeler sa relation précédente).

A l’envers, ce Cavalier peut avoir deux gros blocages. Il peut n’être pas convaincant du tout : il s’emmêle dans ses justifications, il ne maîtrise pas les arguments sur lesquels il doit s’appuyer, n’a pas révisé ses chiffres avant de se lancer dans une présentation qui finalement s’avère être pleine de mots vides ; il est pris de colère sans savoir pourquoi, comme un adolescent qui rage par réflexe sans pouvoir dire ce qu’il voudrait. Ou bien il peut s’être lancé avec colère dans une destruction systématique du point de vue de l’autre uniquement dans le but de le blesser, le renversement indiquant que ce n’est pas une bonne idée du tout et qu’il faut arrêter. C’est ce que l’on trouve par exemple dans les couples qui ne peuvent s’empêcher de se lancer des piques à la figure, ce qui ronge leur relation jour après jour pour n’en plus faire qu’une longue souffrance marquée par un ressentiment odieux.

(Miniature : Knight of Swords par Ivan F. Grianti)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *