Le Deux de Deniers

La série des Deniers, de 1 à 10, parle de la façon dont nous nous rapportons au monde matériel. Le Deux est un chiffre de rencontre (la rencontre entre un et un, c’est la découverte de l’autre point de vue, le début de la réflexivité, etc). Le Deux de Deniers doit donc parler de rencontre au niveau du monde matériel ; mais comment l’interpréter concrètement, de façon utile ? Que nous apprend cette carte ? Pour nous faire une idée la plus claire possible, interrogeons cette carte sous différents éclairages.

Jodorowsky, dans la Voie du Tarot, analyse le Deux de Deniers à travers le ruban qui y apparaît traditionnellement, enroulé en forme d’infini entre les deux pièces.

Dans le Deux de Deniers, un immense ruban tente d’unir un cercle avec l’autre. Au bas de la carte… trois serpents… nous suggèrent que le travail menant à la connaissance commence par l’acceptation de la matière, laquelle se spiritualisera par la suite, le denier devenant auréole.

.. Ce ruban qui ne cesse de croître… veut réaliser la spiritualisation de la matière. (p.297)

Disks-02De son côté, Crowley appelle cette carte « Changement ». Il y dessine un serpent qui recrée le signe de l’infini avec son corps et se mord la queue ; les cercles blanc et noir ainsi reliés représentent le fait que l’esprit et la terre sont indissolublement liés, l’une étant le berceau de l’autre et celui-ci étant voué à y retourner, selon un circuit cosmique sans fin.

C’est en fait assez proche de l’idée de Jodorowsky, que la matière porte en elle-même sa propre spiritualisation ; mais pour l’instant c’est trop abstrait. Nous avons besoin de comprendre comment en tirer une réponse concrète à une question précise sur la vie du consultant. Il faut continuer dans une direction plus pragmatique, et pour cela, il n’y a pas de meilleure ressource que le livre de Mary Greer, Tarot Reversals. Voyons ce qu’elle dit du Deux de Deniers (nous traduisons et soulignons) :

Dans le Deux de Deniers, ce qui nous est donné peut doubler – en amenant éventuellement plus de consternation que de joie. Comme on dit, « l’argent appelle l’argent », mais seulement si on le maintient en mouvement, dans un échange continuel avec des biens ou des services. Par conséquent, cette carte peut représenter le commerce, en particulier les fluctuations du marché. Les Deux représentent des choix à faire ; ici, on veut « le beurre et l’argent du beurre ». Si on veut que plusieurs choses puissent continuer à coexister, comme par exemple deux métiers, deux relations, deux contrats, ou une alternance entre travail et loisir, il va sans doute falloir jongler avec habileté et avoir un bon jeu de jambes. Le jeu Motherpeace représente une mère avec deux jumeaux dans les bras : c’est à la fois une joie et une épreuve. Etre adaptable favorise le changement, mais nous risquons d’être occupés de la façon de faire plutôt que du résultat. Les interprétations européennes mettent l’accent sur la difficulté qu’il y a à gérer plusieurs problèmes à la fois, ou sur les cycles de gains et de pertes. Dans les interprétations modernes, on nous encourage à profiter du voyage plutôt que de nous bloquer sur la destination ; elles mettent ainsi l’accent sur le jeu, la gaieté, le loisir, l’exercice, et nous conseillent souvent de prendre des vacances. Les navires que l’on voit sur l’image du Rider-Waite explicitent cette notion de voyage, en particulier lorsqu’il s’agit de commerce, en introduisant l’idée de « traverser la tourmente ». Suite à une ambiguïté, une confusion, ou d’autres problèmes, nous pouvons nous retrouver dans une situation embarrassante, peut-être du point de vue financier ; au pire, nous sommes prisonniers d’une boucle épuisante. (p.160)

Pour le coup, cette interprétation part dans tous les sens (c’est en fait la grande qualité de ce livre, car cette approche multi-facettes permet au lecteur de trouver à coup sûr celle qui lui parlera en fonction de sa situation, par opposition à toutes les autres possibilités). Gardons à l’esprit les trois idées qui s’en dégagent :

  • être en train de jongler entre deux choses concrètes, pour qu’elles continuent à coexister,
  • encourager un mouvement constant, échange ou circulation,
  • profiter du voyage, plutôt que se concentrer sur la destination.

On voit se dessiner une idée d’instant présent. La rencontre représentée par le 2 permet de se rendre compte qu’il va y avoir un choix à faire, mais nous n’avons pas encore les moyens de dépasser cette dualité (souvenons-nous du Deux d’Epées, qui se rend compte que les deux idées en train de se rencontrer sont incompatibles, mais qui essaie d’ignorer le problème parce qu’il n’a pas les moyens de le dépasser ; ce dépassement n’arrive que dans le Trois, et ce n’est pas une partie de plaisir). La rencontre se fait donc dans le présent, alors que le choix est encore du domaine du futur.

2-of-pentacles-deviant-moonL’interprétation de Patrick Valenza, auteur du jeu Deviant Moon, abonde dans le sens de l’instant présent (nous traduisons) :

Illuminée par le croissant de lune, la danseuse du ventre est en représentation. Elle tient deux pentacles d’argent en équilibre vers le ciel. Ses pas semblent ne lui demander aucun effort, mais ils sont le fruit d’un long entraînement et de beaucoup de concentration.

 

Droit : Equilibre, une harmonie qui demande de l’effort. S’occuper de plusieurs choses à la fois.

 

Renversé : Cette tentative de maintenir l’équilibre se solde par un échec. Ne pas avoir les bonnes priorités.

On commence à comprendre la concentration du personnage du Rider-Waite, qui est en train de jongler avec deux choses ; son chapeau n’est pas très sérieux, il est peut-être là pour notre amusement, mais toujours est-il qu’il doit être attentif à ce qui se passe ici et maintenant.

tarot zen osho instant présentLe tarot zen d’Osho, qui suit en fait de très près le système du Rider-Waite, vient confirmer l’importance du moment présent. Son Deux d’Arc-en-Ciel, l’arc-en-ciel représentant le monde matériel, s’appelle justement « l’instant présent » :

Le passé n’est plus et le futur n’est pas encore… La seule vraie personne est celle qui vit d’instant en instant, dont la flèche est dirigée vers l’instant présent, qui est toujours « ici et maintenant »…

Ce personnage se déplaçant sur les rochers évolue d’un pas léger, d’une manière non sérieuse et en même temps absolument équilibré et vigilant. …Cette carte nous invite à nous éloigner de nos préoccupations pour les « ailleurs » et les « demains » et à rester alerte à ce qui se passe dans l’ici et maintenant. (Voir le texte et commentaire en entier)

Avec tout cela, on comprend mieux pourquoi nous retrouvons dans le Deux de Deniers du Rider-Waite le signe de l’infini que nous avions déjà rencontré sur la tête du Bateleur et de la Force. Sur ces arcanes majeures, cet infini était justement là pour nous indiquer que la communication avec le haut, la volonté (dans le cas du Bateleur) ou avec le bas, la libido (dans le cas de la Force) ne pouvait se faire correctement que si on était présent à soi-même, pas constamment retenu par le passé ou projeté dans l’avenir car cela nous empêche d’agir. L’infini représente le présent, parce que lorsqu’on est véritablement présent à soi-même et à l’instant présent, notre esprit s’est libéré du passé et du futur qui viennent d’habitude border le présent en lui donnant ses limites ; le présent prend alors toute la place, ce qui nous donne l’impression d’être dans l’éternité (puisqu’il n’y a plus ni passé ni futur).

Le Deux de Deniers est donc bien une rencontre dans le domaine matériel, au sens où celle-ci se fait toujours sous le signe de l’instant présent : quand on rencontre quelque chose de concret, cela se fait dans l’ici et maintenant, et on s’y confronte avec beaucoup de concentration. Cette carte peut donc représenter le fait d’être maintenant en train de jongler (entre deux choses, ou avec un flux financier, etc) ; elle peut s’interpréter comme une hésitation, mais c’est surtout l’idée de maintenir un équilibre, parce qu’on n’est pas en train de trancher. Donc, lorsque nous rencontrons (2) le monde matériel (deniers), nous apprenons que celui-ci se caractérise par un flux constant, sur lequel nous devons rester en équilibre, et pas du tout par une inertie aveugle devant laquelle il n’y aurait rien à faire. Quand on vit dans le monde, on doit vivre avec le monde, en suivant son mouvement. On peut alors faire le lien avec l’idée de spiritualisation de la matière et de circuit infini introduite par Jodorowsky et Crowley : elle a beau l’air de vouloir rester posée et immobile, elle porte en elle une dynamique qu’il appartient à l’esprit de suivre, et ce mouvement de l’esprit qui accompagne la matière vient à son tour l’encourager dans son mouvement. L’instant présent, le changement, et la « vie » que nous découvrons dans le domaine matériel, c’est donc la même chose, car ce monde matériel se caractérise par un flux constant.

Voilà l’enseignement qui nous est donné par cette carte ; son conseil, ce sera donc tout ce qui est en rapport avec le fait de maintenir correctement cet équilibre. Il s’agit de rester concentré, de rester ancré dans le présent sans se laisser distraire par le reste, de continuer à encourager le mouvement sans chercher à se bloquer d’un côté ou de l’autre, tout en constatant que pour l’instant il n’y a pas à trancher.

  • Sophie

    Merci beaucoup. Je suis à la fois très touchée par vos interprétations et ravie de trouver cet éclairage. Chaque carte devient comme « vivante » avec l’envie de prendre soin de chacune d’entre elles.

  • Damien

    Merci pour cette interprétation.

  • Narayan

    Ce 2 de deniers grâce à vous devient de moins en moins obscur. Gratitude de moi à vous dans l’infini équilibre du présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *