Légendes à oublier sur le Tarot

Le fantasme, c’est quelque chose qui empêche de penser. Il n’a donc pas sa place quand il s’agit de parler d’un outil de réflexion et de connaissance comme le Tarot. C’est pour prendre le pouvoir sur l’autre qu’on rajoute du mystère et du fantasme ; il est donc nécessaire de nettoyer tout cela. Petit tour d’horizon des légendes à oublier !

Pourquoi il faut démystifier ? Parce que quand on est face à un outil mystérieux, on n’ose pas s’en servir soi-même, ou on se retrouve dominé par des gens qui nous signifient être très supérieurs à nous ou très sages parce qu’ils ont su maîtriser quelque chose de « si mystérieux ». Comme ces domaines contiennent aussi leur part d’arnaque, nous devons maximiser notre esprit critique. Les légendes autour du Tarot n’y résistent pas.

 

1. Le Tarot est d’origine égyptienne ; d’ailleurs en égyptien tar-ro signifie Voie Royale ou quelque chose comme ça.

L’Ancienne Égypte, c’est ancien ; donc, c’est mystérieux, ce qui n’a jamais manqué d’échapper aux yeux avisés. L’égyptomanie a eu le vent en poupe à plusieurs périodes, et tant que la méthode scientifique n’était pas solidement ancrée chez les historiens, on a pu y faire rentrer à peu près n’importe quoi en toute impunité.

Court de Gébelin écrit dans le Monde Primitif en 1781 (je souligne) :

court de gébelin« Le fait est cependant très-vrai : ce Livre Égyptien, seul reste de leurs superbes Bibliothèques existe de nos jours : il est même si commun, qu’aucun Savant n’a daigné s’en occuper ; personne avant nous n’ayant jamais soupçonné son illustre origine. Ce Livre est composé de LXXVII feuillets ou tableaux, même de LXXVIII, divises en V classes, qui offrent chacune des objets aussi variés qu’amusans et instructifs : ce Livre est en un mot le Jeu des Tarots, jeu inconnu, il est vrai, à Paris, mais très-connu en Italie, en Allemagne, même en Provence, et aussi bizarre par les figures qu’offre chacune de ses cartes, que par leur multitude. »

Depuis, tous les amateurs de mystère reprennent cette légende, souvent en oubliant de citer la source, mais c’est celle-ci. De Gébelin a raison : nulle trace avant lui de ces spéculations, puisqu’il les invente de toutes pièces. Comment vérifier que c’est une invention ? D’abord, les historiens sérieux arrivent à dater avec une précision parfaite l’apparition des cartes de Tarot, et ça n’a rien à voir (voir plus bas). Ensuite, on croise rarement des Papes en Ancienne Égypte, à moins de postuler l’effet rétroactif de la venue du Christ. Enfin, de Gébelin glose sur les significations de mots de vocabulaire égyptien… trente ans avant que Champollion puisse les éclairer avec la pierre de Rosette. Dans ces conditions, on peut inventer ce qu’on veut.

Il reste toujours possible de contre-argumenter avec des histoires de transmission de savoirs initiatiques auxquels Champollion n’aurait pas eu accès, mais ça n’apporte rien tant que l’on ne cite pas de sources précises.

 

2. Le Tarot est en lien avec les Gitans ou les Bohémiens. Il fait partie de leur culture et ils ont un don spécial pour s’en servir.

tarot-gitanComme précédemment, il faut commencer par identifier l’origine de la légende. Gitans veut dire Égyptiens (en espagnol Egyptiano > Gitano, en anglais Egyptians > Gypsies). Bohémiens veut dire, évidemment, de Bohême, ce qui n’est pas la même chose. Mais ces deux termes désignent le même peuple, celui qui lui-même s’appelle Rrom ou Rom. On les dit Bohémiens car ce peuple nomade reçut la protection du roi de Bohême qui leur permit de passer sur ses terres et de s’en réclamer. On les dit Égyptiens à cause d’une bonne blague.

Au commencement du XVe siècle, on vit se répandre en Europe des bandes de voyageurs basanés et inconnus. Appelés par les uns Bohémiens, parce qu’ils disaient venir de la Bohême, connus par d’autres sous le nom d’Égyptiens, parce que leur chef prenait le titre de duc d’Égypte, ils exerçaient la divination, le larcin et le maraudage. […]

Écoutons parler le chroniqueur qui raconte leur premier campement dans le voisinage de Paris :

 

« L’année suivante, 1427, le dimanche d’après la mi-août, qui fut le 17 du mois, arrivent aux environs de Paris douze d’entre eux se disant pénitenciers, savoir un duc, un comte et dix hommes, tous à cheval, lesquels se disent très bons chrétiens et originaires de la basse Égypte (…). Et aussi, disent-ils, quelques temps après nous être faits chrétiens, les Sarrazins vinrent nous assaillir. Grand nombre, peu fermes dans notre foi, sans endurer la guerre, sans défendre leur pays comme ils le devaient, se soumirent, se firent Sarrazins et abjurèrent notre Seigneur ; et aussi, disent-ils, l’empereur d’Allemagne, le roi de Pologne et autres seigneurs ayant appris qu’ils avaient si facilement renoncé à la foi et s’étaient faits si tôt Sarrazins et idolâtres, leur coururent sus, les vainquirent facilement, comme s’ils avaient à cœur de les laisser dans leur pays pour les ramener au christianisme ; mais l’empereur et les autres seigneurs, par délibération du conseil statuèrent qu’ils n’auraient jamais terre en leur pays, sans le consentement du pape ; que pour cela ils devaient aller à Rome, qu’ils y étaient tous allés, grands et petits et à grand’peine pour les enfants ; qu’ils avaient confessé leur péché ; que le pape, les ayant ouïs, leur avait donné pour pénitence, par délibération du conseil, d’aller sept ans par le monde sans coucher dans aucun lit ; qu’il avait ordonné que tout évêque et abbé portant crosse leur donnât, une fois pour toutes, dix livres tournois comme subvention à leurs dépenses ; qu’il leur avait remis des lettres où tout ceci était relaté, leur avait donné sa bénédiction et que depuis cinq ans déjà ils couraient le monde« .

 

(Journal d’un bourgeois de Paris, cité par Éliphas Lévi dans son indispensable Histoire de la magie, je souligne).

Rebelote : s’ils sont Égyptiens, c’est qu’ils sont les descendants de grands initiés mystérieux… etc. Mais ce n’est pas parce que les Européens de l’Ouest plaquent sur eux ce fantasme que ce peuple d’Europe de l’Est va s’y réduire si facilement. Les Tziganes / Roms ont leur propre culture, et elle ne correspond pas aux élucubrations d’ésotéristes français.

Personnellement, j’ai abordé des Tziganes très authentiques et je leur ai montré un paquet de Tarots de Marseille ; ils ne savaient même pas ce que c’était. En outre, j’ai compulsé sur les Tziganes une littérature très étendue en français, allemand, hollandais, anglais, sans y trouver l’ombre d’une trace que les « Rômes » se soient jamais servis du Tarot. Les très rares fois que chez eux l’on trouve mentionnées les cartes pour jouer ou pour dire la bonne aventure, il s’agit des cartes modernes habituelles. Si les Bohémiens ont réellement connu le Tarot, ce doit être à une époque très reculée. Rien ne prouve en tout cas qu’ils l’aient apporté d’Orient avec eux, tout même fait croire qu’ils ont appris le jeu de cartes en Europe et qu’ils ont adopté le type de jeu prédominant dans les contrées où ils séjournaient plus ou moins longtemps. De toute façon, le mot Tarot n’existe pas dans leur langue. « Je joue aux cartes » se dit en langue tzigane : me kellawa pelzki. Kella = je joue ; pelzki = les cartes.

 

(Gérard Van Rijnberk. Le Tarot, histoire, iconographie, ésotérisme… Lyon, P. Derain, 1947, pp. 56-57).

 

3. Comme son nom l’indique, le Tarot vient de Marseille.

Ah oui, donc peut-être pas d’Égypte.

Jeu de cartes espagnol, XVe

Jeu de cartes, XVe

Les cartes allégoriques que l’on appelle aujourd’hui en ésotérisme (c’est-à-dire pas ailleurs) arcanes majeurs sont des figures de la Renaissance italienne. Les cartes à jouer qui y ont ensuite été rattachées pour créer le jeu de tarot, et que l’on appelle aujourd’hui en ésotérisme arcanes mineurs ont à peu près un siècle de plus, et sont l’ancêtre de nos cartes à jouer normales. Les jeux de Tarot sont passés de l’Italie du Nord au Sud de la France, puis ont été réimprimés partout où il y avait des imprimeries ; il y a donc eu pléthore de jeux, de Lyon, de Besançon, de Dijon… de Marseille, entre autres.

tarot-rider-waite-ancien

En anglais on dit « Cartes de Tarot », pas « Tarot de Marseille ».

Marseille s’étant illustrée par sa production de cartes à jouer, il a été imprimé davantage de tarots à Marseille qu’ailleurs, tout simplement parce que les moyens de production étaient supérieurs. Lorsque l’éditeur Grimaud a dû choisir un nom pour son tarot en 1930, c’était donc le choix le plus raisonnable.

Il a ensuite rajouté « Ancien » au titre, parce que quelque chose d’ancien fait forcément authentique et mystérieux (un peu comme « véritable » ou « authentique« ). La campagne de communication sur ce jeu ayant été un succès, c’est ce nom que la postérité a retenu.

La réalité donc est bien moins mystérieuse, et beaucoup plus cohérente, que toutes les théories visant à démontrer à tout prix que le tarot aurait bien été créé à Marseille par Marie-Madeleine, les Égyptiens ou un étrange mélange des deux. Faire rêver est souvent une technique commerciale.

 

4. Le Tarot est extrêmement ancien ; personne ne sait au juste de quand il date, mais c’est vraiment la nuit des temps, ce qui est la preuve de sa grande sagesse.

tarot renaissance pape saint anselmePour les historiens modernes, la datation des cartes est parfaitement précise : Milan, années 1450. Avant, il n’y en a pas ; après, il y en a, et elles correspondent en plus parfaitement à ce qu’on attendrait d’allégories de la Renaissance italienne. Difficile de dire que personne ne sait lorsque les sources sont là : je vous renvoie aux livres de Michael Dummett, Thierry Depaulis, et Ronald Decker, sur l’histoire du Tarot en tant que jeu de cartes (The Game of Tarot, si vous pouvez l’emprunter quelque part), et sur la création du Tarot ésotérique (ici en anglais). Comme le dit M. Dummett, ce n’est pas parce qu’elles paraissent mystérieuses à nos yeux modernes qu’elles l’étaient forcément dans le contexte de l’époque. Quant au mélange de ces figures et des cartes à jouer normales qui a donné le jeu de tarot (tarocchi), on ne sait pas au juste, mais ça ne pouvait logiquement pas être avant ; au XVIIIe siècle, c’était fait, puisque Court de Gébelin l’a vu dans un salon. Donc on peut postuler que c’est XVIe – XVIIe.

 

Le tarot ésotérique, celui que l’on lit, par opposition à celui avec lequel on joue, c’est tout autre chose, une construction qui s’est échelonnée à partir de 1781 (avec de Gébelin), en passant par l’apport d’Éliphas Lévi en 1860 pour s’arrêter à peu près avec le succès commercial de Waite en 1910. Là encore, tout est parfaitement documenté (quoique très ennuyeux. Cet ouvrage est le plus complet).

L’essentiel à retenir est ceci : lorsque nous lisons le Tarot, nous plaquons sur un jeu de cartes de la Renaissance un système de lecture parfaitement moderne. Et ce n’est pas parce qu’il est moderne qu’il est moins efficace. Qui achèterait avec confiance un ordinateur dont le vendeur nous assurerait qu’il est vraiment très vieux ?

 

tarot visconti sforza mort XIII 2N’oublions pas une chose : ce n’est pas parce qu’un système n’est pas mystérieux qu’il n’est pas riche… Par contre, si on le traite comme un fantasme, on risque d’en avoir une lecture fantasmatique et dangereuse. Si on fait une mauvaise prédiction en s’arrogeant l’autorité d’un outil « magique et mystérieux, issu de la nuit des temps et de la grande magie initiatique des grands prêtres d’Égypte ancienne »… on impressionne son consultant avec des paroles d’autorité qui lui enlèvent toute possibilité de répondre, et c’est ainsi que sont prononcées des paroles « programmantes ».

C’est tout le contraire de ce à quoi doit servir un outil de libération par la réflexion sur soi. Plus on pense par soi-même, mieux le Tarot nous aide. Démystifier ne tue pas la magie qu’il y a dans l’objet, au contraire : cela la libère en nous en rendant les rênes.

  • Caroline

    Décidément, je ne me lasse pas de ce type d’articles qui renouvellent sans cesse mon attrait pour ce site, la vison du tarot de son auteure, vision si fidèlement illustrée dans son livre.

  • Nelly

    Merci Emmanuelle de dépoussiérer et démystifier le Tarot. Vous lui rendez sa vraie place. Il n’a pas besoin de tout ce décorum, au contraire, ça le dessert. J’ai votre livre que j’ai trouvé super et les 2 fascicules. Je découvre le Waite, n’ayant travaillé que le TM, et je l’apprécie beaucoup. Vos explications claires et saines donne plus envie de persévérer dans l’étude du Tarot, que des descriptions alambiquées, souvent farfelues, se contredisant, qui découragent et font que le chercheur risque de finir par se perdre, ou pire, abandonner.
    Merci encore et continuez, vous êtes douée pour cela.

    • Emmanuelle

      Nelly, merci à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *