Tarot et expressions idiomatiques

Le Tarot est un outil subjectif ; par conséquent, il se lit dans la langue de celui qui le pratique. Petit exemple d’interprétation basée sur une expression idiomatique anglaise, pour comprendre comment un tirage tire parti des formes de la langue et pour nous en servir à notre tour dans nos interprétations.

tarot roue de fortune

Knapp-Hall Tarot

Voici une page intéressante sur le forum Aeclectic, un bon lieu d’échanges sur les interprétations des cartes. Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais, quelqu’un poste une coupure de presse racontant l’histoire d’une dame qui a gagné le million à la loterie. Le gain aurait été « prédit » par ses cartes, car elle avait un jour tiré la Roue de Fortune ; elle n’avait pas cru une seconde que cette carte puisse parler du million, mais a posteriori, on peut se dire que oui, donc c’est super. La dame reçoit le million et cela tombe bien ; elle va donc pouvoir réaliser ses rêves.

Histoire peu intéressante en réalité parce qu’on ne quitte pas le domaine de l’interprétation extrêmement vague, qui peut vouloir dire n’importe quoi et qui s’avère correspondre par hasard à quelque chose : rien là-dedans qui puisse nous servir pour notre pratique. Sauf que le tout premier commentaire à l’histoire donne un exemple parfaitement clair d’interprétation à la fois juste, précise, et en même temps marquée par la langue de son lecteur :

Hmmmm … I just drew VIII Swords, King Wands and X Wands.
Think I’ll be working for da man for a while yet :(

tirage tarot huit d'épées roi de bâtons dix de bâtonsEn français : « Je viens de tirer le 8 d’Épées, le roi de Bâtons et le 10 de Bâtons. Je crois que je vais rester un pion du système encore un bout de temps :( »

« To work for the Man », en anglais, signifie faire partie des exploités, obéir sans rechigner à cette « élite » sans visage, ce mystérieux « oncle Sam » qui représente les patrons en général, le « système » capitaliste aveugle, celui qui nous enferme dans une course absurde. « Stick it to the Man », par exemple, ça veut dire « fuck the system ».

Le Roi de Bâtons, avec son autorité entrepreneuriale, aurait pu être lu « mon patron » par un lecteur français, parce qu’il n’aurait pas vu le lien entre cet homme-là et The Man, l’Homme en français ne voulant pas dire grand’chose. On aurait sans doute été conduit à déduire que c’est un problème qui tourne autour du patron de celui qui parle, parce que celui-ci l’enferme dans tout un tas de process et que l’employé en a plein le dos.

Seulement, en anglais, l’interprétation est beaucoup plus directe, beaucoup plus franche, et surtout plus percutante. C’est un constat désabusé sur sa vie en général, par opposition à ce qui arrive à la gagnante du loto ! La preuve que le Tarot se lit aussi en fonction de la langue. C’est à cause de l’existence de cette expression « to work for the Man » que ce tirage à trois cartes peut être aussi fulgurant. Le Tarot est une suite d’images que nous devons interpréter avec nos mots. Les expressions à notre disposition vont donc d’autant mieux entrer en ligne de compte lorsque nous faisons notre lecture qu’elles sont déjà imagées.

Plus une interprétation est courte, plus elle a de chances d’être juste ; et les expressions toutes faites condensent le sens. Quand on s’attache à en retrouver dans nos cartes, on constate que la lecture se fait plus fluide et plus juste. Gardons cette idée dans notre boîte à outils. Aussi, ce tirage est clairement une blague, faite par le Tarot suite à cette rocambolesque histoire de loterie. Preuve que notre jeu de cartes est avant tout un jeu, et qu’il ne se prend pas toujours au sérieux !

  • Frédérique

    Bonjour à toutes et à tous,

    Importance du langage : oui, importance de la perception : oui.

    Le monde est ce que nous en percevons.

    Perception en premier lieu, due à notre vécu, notre éducation, notre chemin, nos préoccupations et émotions du moment.
    Traduction dans notre langage, dû lui aussi à notre vécu, notre éducation, notre chemin, nos émotions.

    D’où l’importance de se faire faire un tirage par une autre personne que soi-même, qui pourra avoir en quelque sorte un regard « extérieur », si tant est qu’un être puisse être extérieur à un autre, puisque tout être sur cette planète nous est lié.
    Si un être fait un progrès, c’est toute l’humanité qui avance.
    La perception du lecteur de cartes sera également une perception parmi d’autres perceptions possibles, différant à mon avis selon chaque lecteur de cartes.

    Pour ce qui concerne par exemple de deuxième tirage, celui du Rider Waite, ma lecture serait :

    1ère carte, 8 d’Epées : je suis enchaîné, j’ai les mains liées

    2ème carte, Roi de Bâtons : je retrouve ma puissance

    3ème carte, 10 de Bâtons : cette puissance, je la retrouve en prenant les obstacles à bras le corps, en utilisant ma force, en combattant.

    Ceci est une lecture uniquement venue des images présentées, et sans t’enir compte de la demande du consultant non précisée.

    Le conseil du tarot serait ( c’est un conditionnel) donc : affronter les obstacles avec sa force,
    combattre. Mais le décideur est le consultant, c’est lui qui possède en quelque sorte à mon humble avis la profonde vérité de sa vie et connaît ses propres valeurs, ses propres désirs et est le plus à même de prendre les décisions qui lui conviennent et conviennent à ses valeurs, sauf à être dans un trou de noires pensées, auquel cas la lumière réchauffante d’un lecteur de cartes compatissant pourra l’aider à reprendre confiance en lui et en la vie et en la réalisation de ses espoirs.

    Magnifique journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *