Pourquoi on pratique

Découvrir une voie spirituelle et s’en enthousiasmer, c’est facile. Pratiquer bien régulièrement, c’est autre chose. Et pourtant, la régularité est cruciale : sans elle, on ne progresse pas et on risque même de laisser tomber. Comment contourner la difficulté qu’il y a à se discipliner à une pratique régulière ?

scarabée bousierLe plus grand bénéfice de la pratique, quotidienne ou régulière, ce n’est pas le progrès. Bien sûr, quoi qu’on fasse, si on le fait tous les jours, on va le faire de mieux en mieux ; mais ce n’est pas l’essentiel dans nos pratiques – on ne médite pas juste pour être un meilleur méditant (ou s’asseoir mieux).

Par contre, s’y mettre à des moments fixes demande de la volonté. Tout travail initiatique est un travail sur soi ; et « Voulez-vous régner sur vous-même et sur les autres ? » écrit Eliphas Lévi, « Apprenez à vouloir – ici est le premier arcane de l’initiation magique ». Plus on pratique n’importe quoi avec régularité, plus on renforce sa volonté, et plus il devient aisé de vivre la vie que nous souhaitons dans un monde qui nous accueille.

Les pratiques les plus insignifiantes en apparence et les plus étrangères en elles-mêmes au but qu’on se propose, conduisent néanmoins à ce but par l’éducation et l’exercice de la volonté. Un paysan qui se lèverait tous les matins à deux ou trois heures et qui irait bien loin de chez lui cueillir tous les jours un brin de la même herbe avant le soleil levé pourrait, en portant sur lui de cette herbe, opérer un grand nombre de prodiges. Cette herbe serait le signe de sa volonté et deviendrait par cette volonté même tout ce qu’il voudrait qu’elle devint dans l’intérêt de ses désirs. (Dogme et rituel de la haute magie).

La volonté fonctionne comme un muscle ; et comme un muscle, elle se travaille petit à petit, tout sportif sachant qu’il est idiot d’essayer de soulever des poids énormes au premier jour de l’entraînement. C’est l’accumulation de petites choses qui fait gagner en précision et en intensité. Si on médite un peu chaque jour (ou si l’on fait du yoga, ou n’importe quoi), c’est d’abord pour travailler chaque jour la volonté de s’y mettre.

Cela explique le grand nombre de témoignages de personnes qui rapportent être infiniment plus épanouies depuis qu’elles se sont consacrées à… n’importe quoi, de la haute spiritualité aux régimes les plus bizarrement alternatifs. Ce n’est pas que ces personnes aient trouvé « le » machin qui épanouit « 100% garanti » et qu’il faudrait l’acheter tout de suite, puisque les pratiques qu’elles promeuvent sont souvent contradictoires. C’est parce que quel que soit leur machin, elles s’y sont tenues, ce qui a eu pour effet de faire d’elles des personnes suffisamment fortes pour s’épanouir en tout domaine.

 

Enfin, facile à dire qu’il faille avoir la force de faire en sorte d’être fort. Comment avoir la volonté nécessaire pour travailler sa volonté chaque jour ? C’est un peu un raisonnement qui se mord la queue, pourrait-on dire.

Tarot Wild Unknown

Tarot Wild Unknown

La solution, c’est commencer en s’auto-manipulant. Le but : que le poids de la décision de se mettre au travail repose le moins possible sur notre volonté, comme le bodybuilder commence avec des poulies qui font un maximum du travail à sa place tant que ses muscles ne sont pas prêts.

Notre environnement pense et agit davantage à notre place que nous. On voit bien que chez nos parents on est plus enfantin, que dans le désordre on est plus distrait. Une fois ce fait psychologique reconnu, on peut s’en servir en mettant en place un environnement où la décision sera déjà quasiment prise à notre place, ou en mettant en place une routine bête en se basant sur celles que nous avons déjà.

Qu’on soit obligé de tomber sur son coin méditation dans le cadre des habitudes de la journée. D’ailleurs on peut faire la vaisselle en conscience : on s’ennuiera beaucoup moins que si on la fait juste pour que les assiettes soient lavées. Il faut faire la vaisselle de toute façon, ce n’est pas nous qui le décidons : tant mieux ! Qu’on se motive les uns les autres pour la pratique en groupe parce qu’on sait pertinemment que tout le monde est plus enclin à suivre la routine du groupe sans se poser de question que de porter tout seul le poids de la décision à chaque fois.

travailler ensembleLe groupe est le pilier de la pratique régulière. Ce genre de domaine, qu’il s’agisse de tarot ou d’autre chose du même type demande un apprentissage constant (on n’en a jamais fini puisque c’est quelque chose qui interroge l’existence en général). Par conséquent, il faut créer l’occasion de se confronter à d’autres points de vue, et faire en sorte dans notre emploi du temps que « ça soit présent ». A partir de là les progrès se font tout seuls. Et l’amusement et l’épanouissement qui vont avec sont un renforcement constant qui motive encore plus.

  • narayan

    Hello chère Emmanuelle, simplement au passage pour ce qui concerne « la pratique en groupe » ce peut être un plus si on n’a aucune volonté d’accord mais encore faut-il être un minimum sociable et ce n’est pas le cas de tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *